Les 10 distances clés qui déterminent la cohérence d'une structure


1/ Le leadership distant de son environnement : Perte de contact avec les éléments stratégiques de l’environnement entraînant une vision pauvre ou inexistante. Absence de stratégie et de feuille de route pour répondre aux demandes de l’environnement.

 

2/ Le leadership distant du canon : Objectifs absents ou flous, sans lien avec la stratégie, absence de règles, organisation non formalisée. Le leader ne tient pas compte ou ne s’appuie pas sur la culture.

 

3/ Le canon distant des membres : Naissance d’un fossé entre l’autorité du groupe et les membres. Il n’y a pas de relais d’énergie à cet endroit, ce qui entraine que les règles ne sont pas connues ou respectées par les membres. L’organigramme reste théorique et ne s’applique pas aux membres. Les comportements individuels et collectifs ne s’appuient pas sur la culture.

 

4/ Le leadership distant des membres : Les personnes qui décident sont éloignées des personnes qui réalisent l’activité. L’absence de lien provoque une cassure dans la circulation de l’information et des signes de reconnaissance, impactant directement l’engagement des membres dans l’activité.

 

5/ Les membres distants du travail : Les membres sont en retrait et peu impliqués dans la réalisation de l’activité. Ils ne se sentent pas concernés par le bon fonctionnement de l’activité et du groupe (non implication dans les processus)

 

6/ Le leadership distant du travail : Non impliqué dans le travail fourni et dans les processus aux frontières, le leadership ne joue pas son rôle de régulation et de sécurité.

 

7/ Le travail distant du canon : L’activité est réalisée sans tenir compte des règles, des objectifs et de la culture métier. Le canon ne joue pas son rôle de cadre permettant l’activité.

 

8/ Le canon distant de l’environnement : Les règles, objectifs ainsi que la culture ne sont pas en lien avec les évolutions de la loi et des contraintes nouvelles fixées par l’état. Les objectifs ne sont pas réalistes par rapports aux pressions des demandes clients et au regard e la concurrence.

 

9/ Les membres distants de l’environnement : Les membres ne sont plus au contact avec les éléments de leur environnement (clients, fournisseurs, concurrents) et ne font plus le lien entre leur valeur ajoutée et le sens et la raison d’être de la structure.

 

10/ Le travail distant de l’environnement : Les services ou produits proposés ne correspondent pas aux demandes de l’environnement. La production de valeur ajoutée est faible voire inexistante.