La crise environnementale et sociétale que traverse l'humanité est périlleuse parce qu'elle ne nous paraît pas encore suffisamment claire pour modifier nos habitudes de vie, de consommation et de production.

 

Pourtant les limites de la bioshère sont en train de nous contraindre à freiner notre consommation et à nous tourner vers de nouveaux centres d'intérêts qui respectent à la fois l'environnement et l'humain.

 

Pour l'humanité, c'est l'éclosion d'un projet fédérateur autrement plus ambitieux que celui de la surabondance matérielle : 

trouver les moyens de poursuivre l'extraordinaire aventure de la conscience humaine dans l'univers.